• Lâcher prise - Une lettre d'amour

     

    Si j'étais sculpteur, je ferais de ta silhouette un moule en plâtre ; puis je ferais mille copies de toi et je mettrais tous ces tois partout dans ma petite maison et dans mon jardin fleuri. 
    Un toi sous mon oreiller, un près de ma poitrine, un sur la table, un dans chaque pot de fleurs. 
    Et pendant les vacances, j'emporterais tous ces tois dans mon petit panier à bord de mon voilier. J'offrirais mes tois, un par un, aux vagues douces qui les prendraient et où ils se sentiraient peut-être un peu seul sans moi, mais enfin libres.

     

    Purana

    https://www.oasisdepoesie.org/textes-dauteurs/autres-textes/purana/lacher-prise-une-lettre-damour/

     

    « HospiceChambre d'hôtes »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Novembre 2017 à 04:47

    Merci Henora de nous faire partager ce poème d'amour si sensible.

    Cela me fait penser à la boîte de Pandorre et à ce qui resta au fond de cette boîte :

    Si tu étais sculpteur et si tu avais emporté tous ces "luis" pour les noyer, comme on le fait pour les petits chats, tu aurais, j'en suis sûr, oublié un seul d'entre eux, comme Pandorre.

    Ce "lui" là, sais-tu comment il s'appelle ?

      • Dimanche 26 Novembre 2017 à 16:42

         

        Le défi : garder la boîte de Pandore entrouverte, suffisamment pour permettre de gaver l'oie afin que la précieuse prisonnière devienne grasse pour Noël mais pas trop afin d'empêcher la captive de s'échapper.

        Le dilemme : ouvrir la boîte et la faire disparaître pour toujours ou la laisser étouffer dans la boîte à cause du manque d'espace.

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter